Accueil | Connexion
^-^zaz - 227027
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes   Tous ses textes


Poèmes

Certaines filles sont belles (original)


Voilà le texte original, découvert ce soir au hasard d'un rangement de très vieilles choses
Il date en fait de juin 1980… un essai bien maladroit... m'enfin j'étais jeune


Certaines filles sont belles
Un don de la nature ?
Elles savent s’habiller
Se faire désirer
Elles ont tout pour elles
Et puis il y a les autres.
Dans l’anonymat

Celle que l’on ne regarde pas,
Celle qui est seule
Elle devient un « ami » pour les gars du quartier
Et pour tous c’est « lui »

De son allure naturelle
Elle fait un bouclier

Elle cherche le mot pour plaire
Elle cherche à s’affirmer
Elle devance les « vannes » qui lui sont destinées
Pourtant jamais elle ne fait voir
Combien elle est touchée, vexée
Un homme ça ne pleure pas !?
Ça à sa dignité
Alors elle se domine
Lance une boutade

Quand elle rencontre les autres,
Elles sont différentes
Elles parlent de mode, elle est indécise
Elle n’est pas méchante, elle est simplement différente

Pourtant un jour, elle a voulu changer
Croyant trouver celui qui lui fallait
Elle a été heureuse ?
Mais elles ont bien rit

Elle a su s’habiller, au comble du bonheur
Elle s’est même maquillée
A maigri, à sourit
Heureuse ?

Puis on l’a quitté
Elle s’était donnée
Elle aura donc appris
Qu’en se donnant à l’autre
On ne le retient pas

Alors en quelques mois
Elle est redevenue ce quelle était
Elle a cherché à oublier
Mais on oublie pas un premier amour
« Amour » ?
Oui car elle rejette le mot « profit »
Elle a dût réflechir

Et c’est pourquoi
De son allure naturelle elle fait un bouclier
En fait elle n’est pas méchante
Elle est simplement différente



Thursday, December 21, 2006
11:49 PM

Oeuvre originale
Auteur : ^-^zaz

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

13 Commentaires

Déclarations d'amour

Une déclaration… pour qui ??? pourquoi ???



Pour qui ???
Pas pour toi… pas pour vous… qui lisez cela
Après tout on ne se connaît plus… on ne se connaît pas.

Je t’aime…
Je ne sais même pas si j’oserais encore prononcer ces mots
Si je les entendrais à nouveau

Pourquoi ???
Parce qu’il n’y a plus de toi… de nous
Parce que tout passe… même vous.

Saturday, November 04, 2006
12:45 AM

Oeuvre originale
Auteur : ^-^zaz

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

49 Commentaires

Poèmes

Le Monde... mon monde...



Le Monde… est ce que l’on en fait…

J’ai mal à mon Monde… mais qui puis-je ?
M’en faire tout un monde ?
Alors j’reste dans mon monde…
Un monde à part
Un monde où le monde n’abonde pas
Mon petit monde va…
Ben… égoiste moi… tant qu’il tourne rond… ça m’va

Monday, October 16, 2006
8:53 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

18 Commentaires

Poèmes

La femme sans enfant


Si j'avais su !
Si j'avais su, je serais morte aussitôt née !
Qui le dira à tout venant ?
Qui le dira aux jeunes filles de mon âge ?

Si j'avais su !
Qu'on le dise à mon frère...
Qu'on le dise à ma mère...
Que bonne pour être maman,
j'ai manqué de collier,
Que bonne pour être maman
je suis un morceau de bois sec.

Si j'avais su !
Mère d'un unique enfant,
Ne te moque pas de la stérilité !...
Que peut-on posséder
Qui mettre à l'abri du souci ?...

Si j'avais su !
A quoi bon envier ce que jamais je ne possèderai !
Les mains lavées, j'ai raté le taro.
Mon champ labouré était apte à l'igname,
Mais j'ai manqué d'ignames-mères.
Les ignames ont pourri laissant vides les billons.
Heureuse en apparence
Je suis malheureuse au fond !

Si j'avais su !


Sunday, September 10, 2006
11:08 PM

Auteur : J.-Claude Barbier. (Femmes du Cameroun)

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

10 Commentaires

Poèmes

Femme noire, femme africaine


Femme noire, femme africaine
Ô toi ma mère, je pense à toi...

Ô Dâman, ô ma mère, toi qui me portas sur le dos
Toi qui m'allaitas, toi qui favorisas mes premiers pas
Toi qui la première m'ouvris les yeux aux prodiges de la terre
Je pense à toi...

Femme des champs, femme des rivières
Femme du grand fleuve, ô toi ma mère

Ô Dâman, ô ma mère
Toi qui essuyais mes larmes, toi qui me réjouissais le coeur
Toi qui patiemment supportais mes caprices
Comme j'aimerais encore être près de toi,
Etre enfant près de toi !

Femme simple, femme de la résignation
Ô toi ma mère, je pense à toi !

Femme noire, femme africaine
Ô toi ma mère, merci ;
Merci pour tout ce que tu fis pour moi,
Ton fils, si loin si près de toi !


Sunday, September 10, 2006
11:05 PM

Auteur : Camara Laye (L'enfant noir)

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

9 Commentaires

<< Précédant  Page 2   Suivant >>

Blog mis à jour le 17/09/2019 à 16:26:17



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit